Thé Blanc du Vietnam Mao Feng

6,50

Le sachet de 85gr

Catégories : , , Étiquette :

Description

La tasse légèrement verte claire de ce thé, mêlé à l’incroyable fraîcheur de son arôme font de ce thé une expérience inoubliable.

Un peu d’histoire

Le thé blanc est un thé légèrement oxydé, environ 12 %, selon la méthode traditionnelle. Avant le thé vert (qui est lui aussi peu transformé), c’est le thé qui connaît la transformation la plus faible par rapport à la feuille fraîche du théier. Ses crus traditionnels sont rares.

Selon l’analyse de textes de l’époque de la dynastie Ming, il semble que la méthode de fabrication des thés blancs soit pratiquée dès cette période, puisque des livres du XVI-ème siècle font référence à un thé obtenu à partir de feuilles séchées au soleil et non roulées, dont la qualité dépasserait celle du thé traditionnel, chauffé.

La méthode moderne de fabrication du thé blanc est fixée en 1885. Les thés blancs deviennent alors une production de qualité, recherchée par les connaisseurs qui délaissent la production de masse de piètre qualité qui apparaît alors (notamment en raison du développement des plantations des colonies britanniques et hollandaises), et ils s’exportent vers les communautés chinoises d’Asie du sud-est et aussi l’Europe où ils rencontrent un certain succès.

Préparation et dégustation

Le thé blanc se prépare dans une eau à plus basse température que les autres thés afin de mieux libérer les acides aminés, de 80 à 85°C, mais pas moins sinon son goût ne sera pas assez prononcé. Étant donné qu’il n’a pas fait l’objet d’une transformation poussée, il doit infuser plus longtemps que les autres thés afin de libérer ses arômes, puisqu’on conseille parfois d’aller jusqu’à cinq voire dix minutes, mais d’autres recommandent des infusions courtes et répétées. La consommation traditionnelle d’un thé blanc de qualité se fait dans une tasse de type Zhong / Gaiwan, ou bien dans une théière en porcelaine.

Le thé blanc donne une infusion claire, tirant souvent de l’orange pâle au cuivre, le miel clair et son goût porte en lui l’influence du flétrissage. Selon M. et R. Heiss, « le thé blanc est doux et riche, avec des arômes et des saveurs discrets qui suggèrent le miel, les châtaignes, le toast, les abricots et le riz brun ».

Le thé blanc est réputé pour ses vertus diététiques. Il est riche en anti-oxydants, parce qu’il est peu transformé. C’est aussi un brûle-graisse, qui permettrait de réduire l’obésité en régulant le stockage des graisses.